Henri Maréchal est inventif, ambitieux et entreprenant. Parmi les nombreux brevets qu’il dépose, celui de 1915 pour les toiles à pansements, connu sous la marque Hygiénic. A partir de 1923, il construit une annexe pour la filature et le tissage du coton, dans la commune voisine de Saint-Priest. Un autre établissement pour la fabrication de nitrocellulose est établi dans le village proche de Solaize.

En 1924, l’entreprise a désormais pour raison sociale Établissements Maréchal S.A.

Les frères Maréchal ouvrent des dépôts à Turin, Londres, Vienne, Le Caire, Casablanca… La société exporte ses toiles cirées, ses toiles cuir et ses vernis en Allemagne, Portugal, Grèce, Bulgarie, Turquie…Elle entreprend la construction d’une filiale à Gava, près de Barcelone.

L’usine de Vénissieux fabrique uniquement de la toile cirée, jusqu’en 1926.

En 1929, Henri Maréchal, âgé de 56 ans, décède des suites d’un accident survenu à Paris. La famille Maréchal, après avoir présidée durant 55 ans aux destinées de la firme, se retire et l’entreprise appartient désormais au groupe Zappon-Gillet/Thaon.

En 1946, les premières feuilles de chlorure de polyvinyle (P.V.C) fabriquées en France, sortent des calandres de Maréchal à Vénissieux. Dès 1955, la production de feuille de P.V.C. dépasse celle de la toile cirée. L’année 1956 marque les débuts des adhésifs Vénilia, qui va connaître très vite un succès planétaire. Les nouvelles toiles cirées de l’hiver 1959-1960 sont porteuses de dessins abstraits, oranges et verts criards.  Tout au long du XXe siècle, il y a une prédilection pour les carreaux, petits et gros, des motifs fleuris et fruités, des simples et des compliqués, des pâles et des colorés.