Visite de l'ancien cimetière

Historique de l'ancien cimetière

Historique

Ce cimetière se trouve à 300 mètres du Centre-Ville, rue Catherine de Chaponay. Géographiquement, il se situe sur une petite colline accessible d’un côté par un escalier et de l’autre par une rue sans issue. La terminologie historique du lieu a pour nom « Mas de la Roche », un endroit couvert de vignobles jusqu’au XIXe siècle.

En juillet 1819, Madame Catherine Claudine de Chaponay, veuve de Joseph Gabriel Pourroy de Lauberivière, Marquis de Quinsonnas, accepte de donner à la commune un vignoble pour y établir un cimetière à condition qu’il le soit à perpétuité. L’acte de donation de la Marquise est approuvé par le Préfet de l’Isère et par le Roi Louis XVIII en son palais des Tuileries.

C’est au début des années 1820 que les premières inhumations vont avoir lieu. Grâce à l’acquisition d’autres terrains par la commune, ce cimetière va s’agrandir en 1846, 1862 et 1900.

Il possède une diversité de stèles, correspondant à un important échantillon de l’art funéraire, allant du milieu du XIXe siècle à nos jours. Ce cimetière possède des monuments uniques en leur genre par leur style, ou matériau.…

Ce cimetière, est l’unique lieu de sépultures pour Vénissieux et Saint-Fons de 1820 à 1888 et reste le seul cimetière de notre ville, jusqu’en 1928, date de la création du nouveau cimetière, Chemin de Feyzin.

En octobre 1997, la rue de l’Ancien cimetière est devenue rue Catherine de Chaponay.

A la fin des années 1990, la Municipalité de Vénissieux a entrepris un important travail de réhabilitation des allées, installation de points d’eau, réfection des murs d’enceinte, création de casiers individuels pour y déposer les ossements des personnes exhumées.

Parmi les patronymes que l’on découvre ici et là, gravés sur les stèles, de très anciennes familles, pour la plupart des agriculteurs, présentes sur le territoire de la commune depuis plusieurs siècles : Barioz, Carle, Chosson, Comte, Cournioud, Garapon, Labonne, Manillier, Milliat, Payet, Richerand, Rochon, Sambet, Sandier, Sublet, Thibaudon, Vachon, Varichon, Vernay…  

Dès le milieu du XIXe siècle,  des familles de diverses nationalités s’installent à Vénissieux. Des patronymes italiens, espagnols et polonais en témoignent.